La différence entre l’heure d’Imsak et l’heure de la prière du Fajr

You are currently viewing La différence entre l’heure d’Imsak et l’heure de la prière du Fajr

Chaque année, de nombreuses questions sur de nombreux sujets se posent avec le début du mois béni du Ramadan. Les plus importantes de ces questions sont liées au croissant de lune et à l’heure de l’imsak (lorsque les croyants doivent arrêter de manger et de boire) par rapport à l’heure de la prière du fajr (aube).

Beaucoup de croyants demandent : « Dans les pays musulmans, les gens s’habituent à ce que l’imsak coïncide avec la prière du fajr. Cela signifie que le moment d’arrêter de manger et de boire est lorsque l’on entend l’appel à la prière (adhan) (c’est-à-dire le moment de la prière du fajr). D’autre part, pourquoi les horaires de prière du mois de Ramadan en Amérique du Nord et dans de nombreux autres endroits ont-ils deux heures, une pour l’imsak et une autre pour la prière du fajr (par exemple, dix à vingt minutes plus tard) ?

« De plus, est-il nécessaire qu’une personne respecte l’heure imsak indiquée, de sorte que cela invaliderait son jeûne s’il devait manger après jusqu’à l’heure de la prière du fajr ? »

Pour répondre à ces questions, nous devons considérer les points suivants :

1. L’heure de la prière du fajr – le vrai fajr (al-fajr al-sadiq) tel que décrit par les juristes

Le Saint Coran déclare ce qui suit à propos du moment où le jeûne doit commencer : « Mangez et buvez jusqu’à ce que la traînée blanche de l’aube se distingue de l’obscurité. » 1 Sur cette base, le juriste clarifie et explique que cela s’appelle al-fajr al-sadiq ou vrai fajr (c’est-à-dire l’heure réelle du fajr), qui est une blancheur qui apparaît [et se répand] sur les horizons et augmente en clarté et luminosité. Il est précédé par al-fajr al-kadhib ou le faux fajr, qui est une colonne de luminosité s’élevant verticalement des horizons vers le ciel qui diminue à la fois en taille et en luminosité jusqu’à ce qu’elle disparaisse. 2

Ceux qui vivent dans les zones rurales peuvent généralement observer ces caractéristiques facilement et clairement, car il n’y a pas de lumières de la ville à l’horizon [pour les obscurcir]. Cependant, ces caractéristiques célestes sont difficiles à distinguer pour les personnes vivant dans des zones urbaines telles que les villes et les régions qui ont beaucoup de lumière artificielle la nuit. Par conséquent, dans de tels cas, les gens doivent se référer à des sources astronomiques pour déterminer l’heure à laquelle ces événements (c’est-à-dire al-fajr al-sadiq) se produisent et établir l’heure réelle de la prière du fajr en fonction de cela.

Lire :  Pourquoi un blog ?

2. Différences dans les heures de prière

Lorsque nous nous référons à diverses sources astronomiques pour déterminer les heures de prière, nous remarquons une nette différence dans les heures de prière du fajr, qui peuvent varier entre dix et vingt minutes les unes des autres. Ainsi, quel horaire est correct pour que nous sachions à quelle heure prier le fajr ? Par exemple, certaines personnes peuvent dépendre de la méthode Um al-Qura pour déterminer les heures, à cause desquelles elles peuvent prier le fajr à 5h35. D’autre part, d’autres peuvent utiliser la méthode de l’Institut Leva, 3 qui peut donner une heure. de 5 h 50 Une tierce personne peut dépendre d’une autre source de données astronomiques qui donne 5 h 40 comme heure du fajr, et ainsi de suite. Alors, quelle personne a prié au bon moment ? Seul Dieu sait.

Considérons la situation hypothétique suivante avec quatre sources astronomiques et quatre heures différentes. L’organisation A répertorie la prière du fajr à 5h38, tandis que B la cite comme étant 5h35, C à 5h40 et D à 5h50. Ainsi, la plus grande différence entre deux de ces moments est de quinze. minutes (c’est-à-dire entre B et D). Avec une telle variation dans les temps indiqués, il devient difficile de déterminer lequel est correct.

3. Notre devoir religieux

Notre devoir religieux est de faire preuve de précaution pour parvenir à la certitude que notre prière a eu lieu au bon moment. De plus, des précautions doivent être prises pendant le mois de Ramadan pour le moment de l’imsak afin que nous soyons certains que nous avons cessé de manger avant que le fajr ne se produise. Aux fins de l’établissement de la prière, la précaution dicte que la personne doit utiliser la dernière heure, qui est celle répertoriée par l’organisation D (de l’exemple ci-dessus). En effet, cela garantit que toutes les autres heures indiquées pour la prière (A, B et C) sont déjà passées. Étant donné que le devoir religieux d’une personne est de prier après l’heure du fajr, l’heure indiquée par l’organisation D fournit la certitude que la prière sera effectuée après la fin de la nuit et l’heure du fajr.

D’autre part, atteindre la certitude dans l’imsak [par précaution] obligerait la personne à dépendre de l’heure indiquée par l’organisation B car c’est l’heure la plus ancienne [parmi celles disponibles] et vérifiée comme faisant partie de la nuit. Puisque le devoir religieux d’une personne est de s’abstenir de manger (imsak) avant le fajr, alors le temps B leur donnerait la certitude qu’ils l’ont fait alors qu’il faisait encore nuit et avant le fajr. En résumé, la précaution dans la détermination de l’heure du fajr (dans le but de la prière) implique de prendre la dernière heure, alors que cela signifie de prendre la première heure indiquée pour l’imsak. Cela permettra à la personne d’atteindre la certitude requise en faisant preuve de précaution afin qu’elle soit satisfaite de la validité de sa prière et de son jeûne.

Lire :  Dekton : le matériau le plus innovant pour les plans de travail

En ce qui concerne la précaution, ce qui suit doit être compris. En général, un croyant doit savoir que si sa marja ou le juriste qu’il imite a statué qu’une action donnée doit être effectuée sur la base de la précaution obligatoire, alors il peut soit suivre son édit sur l’action de précaution, soit suivre la décision ou la fatwa de le deuxième juriste le plus compétent (c’est-à-dire al-alam fal-alam). Cependant, si le marja de la personne ne donne aucune opinion sur cette action, alors la personne peut choisir de suivre la décision d’un autre marja concernant cette action ou d’agir selon des règles pratiques jurisprudentielles spécifiques (al-usul al-amaliyyah) qui s’appliquent à l’individu dans de telles circonstances. En ce qui concerne la détermination de l’heure du fajr, et donc du moment où il faut arrêter de manger et de boire,4 Ce principe stipule que la personne doit agir sur sa certitude antérieure et ignorer le doute présent, car le doute ne peut pas l’emporter sur la certitude. Donc, cela signifie que s’ils doutent que le fajr se soit produit, alors ils peuvent agir sur leur certitude préalable qu’il fait encore nuit (c’est-à-dire que le fajr ne s’est pas produit). Par conséquent, la personne fait imsak au moment où elle est satisfaite que le fajr se soit produit, qui est 5h50 dans cet exemple, car c’est la dernière heure [pour le fajr] de celles fournies par les sources astronomiques.

Sur la base de ces informations, on a la possibilité soit d’exercer la précaution, qui est le meilleur moyen d’atteindre la certitude car il est rapporté dans les traditions qu’il s’agit d’un chemin vers le salut, soit d’assumer la responsabilité personnelle et de dépendre de l’istishab et de considérer l’heure du fajr. être le même que le temps de l’imsak, qui est autorisé d’un point de vue religieux.

Lire :  Matérialisme : la définition

4. Pourquoi n’est-ce pas nécessairement un problème dans les pays islamiques ?

Dans les pays musulmans, toutes les différentes organisations religieuses dépendent généralement d’un horaire, leur donnant une heure pour chacune des prières. Dans ce cas, l’adhan signifie à la fois l’heure du fajr et de l’imsak [du mois de Ramadan]. Même dans ce cas, nous constatons que dans certains pays musulmans, une ville donnée peut avoir des différences dans les heures de l’adhan du fajr. Cela est évident en entendant plusieurs adhans, l’un se produisant en premier, puis un autre dix minutes plus tard, puis un autre quinze minutes plus tard, par exemple. Cela se produit parce que différentes mosquées utilisent différentes sources de données astronomiques. Cependant, en Amérique du Nord et en Europe, chaque centre islamique dépend de la source en laquelle il a le plus confiance, et sur cette base, ils distribuent leurs horaires de prière respectifs. De ce fait, certains d’entre eux ne font pas preuve de précaution en se basant sur une source donnée de données astronomiques,

En conclusion, étant donné ces conditions, un croyant devrait suivre la fatwa de sa marja s’il en a explicitement énoncé une à ce sujet (c’est-à-dire quand arrêter de manger et de boire). Cependant, si la marja du croyant a stipulé que l’observation d’un imsak plus tôt (par exemple, dix à quinze minutes avant le fajr) doit être respectée sur la base d’une précaution obligatoire, alors le croyant a le choix de suivre sa décision ou la fatwa du la prochaine marja la plus savante. Enfin, si le marja d’une personne n’a rendu aucune décision sur la question, alors le croyant peut soit suivre le jugement d’un autre marja, soit agir selon la règle pratique jurisprudentielle décrite ci-dessus (c’est-à-dire istishab), ce qui signifierait qu’il s’abstient de manger et boire au moment du fajr.

Nous demandons à Dieu Tout-Puissant de nous faire réussir à lui obéir en ce mois béni, qu’il accepte nos actions et notre repentance, qu’il pardonne nos péchés et nous unifie par l’amour et la piété. Comme toujours, notre sentiment final est que toute gratitude va à Dieu, le Seigneur des mondes.